Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant
Partenaires dans la protection du climat

Profil de collectivités qui ont franchi l’étape 5

Région de Waterloo

La Municipalité régionale, qui est membre du programme Partenaires dans la protection du climat (PPC) depuis peu, soit avril 2010, a travaillé fort pour élaborer une vaste stratégie de lutte contre les changements climatiques pour la Région de Waterloo. En octobre 2013, la Région a franchi les étapes 4 et 5 pour les activités municipales  ̶  un nouveau record dans l'achèvement du cadre d'étapes de PPC. La Région a dévoilé son plan d'action communautaire peu après, franchissant l'étape 3 pour la collectivité en décembre 2013. En tant que municipalité régionale de palier supérieur, Waterloo a adopté une approche de réduction des émissions de GES axée sur la collaboration et des objectifs conjoints en travaillant en étroite collaboration avec les municipalités locales ainsi que plusieurs partenaires communautaires. La Région mise sur des initiatives comme le nouveau service rapide par autobus et le service de train léger sur rail, un réseau régional de bornes de recharge pour les véhicules électriques et la valorisation des déchets organiques grâce aux boîtes vertes pour réduire la quantité de méthane produite au site d'enfouissement régional en vue d'atteindre d'ici 2020 l'objectif communautaire de réduction de 6 % par rapport aux niveaux de 2010.

District régional du Grand Vancouver

Membre de PPC depuis novembre 1996, le District régional du Grand Vancouver est également signataire de la Charte d'action climatique de la Colombie-Britannique. L'une des responsabilités du District régional consiste à fournir des services de lutte contre la pollution atmosphérique et de gestion de la qualité de l'air dans la région du Grand Vancouver. Par conséquent, les premières initiatives de lutte contre le changement climatique visaient principalement à contrôler la qualité de l'air. Conscient du lien étroit entre la qualité de l'air et le changement climatique, le Metro Vancouver Board a adopté en octobre 2011 le nouveau plan intégré de gestion de la qualité de l'air et des gaz à effet de serre. L'approche employée par le District régional du Grand Vancouver pour réduire les émissions de gaz à effet de serre mettait également l'accent sur la collaboration régionale. Elle est dirigée par un comité de direction composé de maires et de conseillers de municipalités membres qui sont des partenaires clés dans la plupart des initiatives de réduction des GES. Parmi les initiatives importantes, mentionnons un plan de réduction des GES pour les petites et moyennes entreprises, qui a mobilisé plus de 500 entreprises locales pour établir des projets de réduction des GES.

Ville de London

Les efforts de réduction des gaz à effet de serre déployés par London remontent aux activités menées dans le cadre de Vision '96  ̶  Planning for Tomorrow et, plus récemment, à son plan sur la qualité de l'air de 2003 intitulé Air Quality in London - Moving Forward Locally. Ce dernier, qui s'inscrivait dans un programme environnemental plus vaste englobant tous les aspects du développement durable, est résumé dans le Plan stratégique 2011-2014 de la Ville. À ce plan viennent s'ajouter le programme Rethink Energy London, qui appuie les initiatives municipales et communautaires de réduction de la consommation d'énergie, et le Conseil de l'énergie durable du maire, groupe de 30 experts qui appuie des projets locaux axés sur l'énergie durable. Bon nombre d'initiatives de la Ville visent à réduire la consommation et la facture d'énergie. Parmi celles-ci, mentionnons un programme de modernisation d'immeubles, un système de captage des gaz d'enfouissement, des feux de circulation à DEL et des partenariats avec des services publics et des constructeurs de maisons locaux visant à aider les résidents à réduire leur empreinte carbone. La Ville entend atteindre les objectifs de la province de l'Ontario, soit réduire d'ici 2014 ses émissions de GES de 6 % par rapport aux niveaux de 1990, de 15 % d'ici 2020 et de 80 % d'ici 2050.

Ville de Bathurst

Depuis qu'elle est devenue membre de PPC en avril 2001, Bathurst a mis à profit son partenariat avec l'organisation sans but lucratif Bathurst Sustainable Development (BSD) pour faire progresser ses objectifs environnementaux. En tant que signataires conjoints de la résolution de PPC, la Ville et BSD ont été en mesure de regrouper divers bailleurs de fonds ainsi que différentes connaissances et compétences. Par exemple, la Ville a profité d'un projet de BSD mené en partenariat avec l'Initiative des collectivités EQuilibrium de Ressources naturelles Canada pour effectuer une étude de faisabilité du transport en commun et évaluer le potentiel solaire de chaque maison et bâtiment  ̶  des données qui seront utiles dans les années à venir. Parmi les autres initiatives importantes, mentionnons la modernisation des bâtiments municipaux et les trousses d'outils pour le secteur résidentiel. Le déclin démographique, la hausse des coûts de l'énergie, l'élévation du niveau de la mer, l'érosion côtière et les obstacles financiers ont semé beaucoup d'embûches en cours de route. Toutefois, malgré une hausse des émissions globales, Bathurst a réduit le taux de croissance des émissions et géré ces augmentations en améliorant l'efficacité de ses activités pour atteindre en 2010 son objectif de réduction municipale de 20 % et de réduction communautaire de 6 % par rapport aux niveaux de 1995.

Ville de Guelph

La désignation de Guelph en tant que zone de croissance provinciale a été un facteur déterminant dans l'élaboration de l'Initiative communautaire en matière d'énergie (ICE) de la Ville. Guelph savait que pour faire face à la croissance de manière durable, elle devait avoir une vue d'ensemble de ses propres ressources. Un consortium de partenaires municipaux, communautaires et commerciaux a été formé pour étudier les options, établir des buts et des objectifs, et formuler des recommandations. L'ICE issue de ce processus dresse la liste des actifs et des ressources et montre comment la Ville peut faire face de manière durable à la croissance grâce à une planification minutieuse de la consommation d'énergie. Dès le début, le plan a été intégré au sein des services municipaux et de la collectivité, les objectifs particuliers des secteurs contribuant aux objectifs généraux. L'ICE vise à réduire de 50 % la consommation d'énergie dans les bâtiments, l'industrie et le transport et de 60 % les émissions de GES d'ici 2031, par rapport aux niveaux de 2006. Membre du programme PPC depuis 1998, la Ville a reçu des subventions du Fonds municipal vert de la FCM pour préparer une stratégie locale de gestion de la croissance, entreprendre un processus de planification en matière d'énergie et réaliser une étude de faisabilité des systèmes énergétiques de quartier.

Mise à jour : 12/02/2014