Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant

Énergie 2014 — Mention honorable

Arrondissement de Saint-Laurent, Montréal (Québec)

Projet pilote d’éclairage à DEL sur les boulevards Alexis-Nihon et Toupin

Population :  Durée du projet :  Valeur totale du projet :

93 842 habitants

octobre 2012­ – avril 2013 785 114 $

En 2006, l'arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal, dote ses feux de circulation d'un système à diodes électroluminescentes (DEL). Quelques années plus tard, dans le cadre de travaux de réfection incluant l'achat de nouveaux lampadaires, l'arrondissement demande à Montréal de lui fournir temporairement des luminaires de type MH. Cependant, malgré ses avantages indéniables, cette source de lumière ne répond pas aux exigences élevées de l'arrondissement. Aussi ce dernier confirme-t-il son choix d'éclairage à DEL pour ses achats futurs. C'est ainsi que depuis avril 2013, Saint-Laurent a installé sur les boulevards Alexis-Nihon et Toupin des lampadaires à DEL; le passage aux DEL se poursuit également dans les parcs et les sentiers, lorsque l'éclairage doit être remplacé.

Saint-Laurent a demandé aux fournisseurs désireux de participer au projet d'offrir un système d'éclairage à niveaux variables, technologie jusque-là inexistante. Outre cette innovation, c'est la première fois que ce type d'installation est déployé à grande échelle.

Résultats

Environnementaux Économiques Sociaux
  • L'éclairage à DEL a permis de réduire la pollution lumineuse vers le ciel ainsi que vers les résidences.

  • La consommation énergétique totale du boulevard Alexis-Nihon a été réduite de 16 800 W,  et celle du boulevard Toupin de 18 600 W.

  • Les rapports d'Hydro-Québec indiquent que la consommation a baissé de 40 %.

  • On évalue qu'un lampadaire à DEL a un cycle de vie de 10 à 15 ans, comparativement aux lampadaires de type SHP qui durent en moyenne 6 ans.

  • Le prix d'achat d'un lampadaire à DEL est passé de 1 200 $ en 2007 à 450 $ en 2013.

  • L'éclairage à DEL permettant un meilleur contrôle des faisceaux lumineux, il offre aux résidants et aux usagers de la route plus de confort et de sécurité, tout en procurant une excellente visibilité.

Défis relevés

  • Au Québec, le faible coût de l'électricité et l'utilisation répandue de sources d'énergie peu énergivores  minimisent la rentabilité d'un tel projet.

  • Comme il n'existait pas de système à niveaux d'éclairage variables, il a fallu exercer des pressions auprès des fournisseurs pour que ces derniers offrent de tels produits.

  • L'équipe du projet a dû convaincre plusieurs parties prenantes, dont les décideurs, les cadres, le personnel responsable des opérations et la population, des avantages qu'offre cette technologie. Elle s'est appuyée pour ce faire sur la politique de développement durable adoptée par la Ville de Montréal et l'arrondissement.

Leçons retenues

  • Toute municipalité désireuse de se lancer dans un tel projet peut profiter des essais effectués par l'arrondissement de Saint-Laurent pour gagner du temps et amorcer directement la conversion à l'éclairage à DEL. Cette technologie ayant déjà fait ses preuves, il n'est désormais plus nécessaire de démontrer son efficacité ni son rendement.

  • Il importe d'effectuer à l'avance les calculs photométriques pour valider les niveaux d'éclairage désirés, car le rendu sur le terrain est toujours supérieur de 30 %. En effet, la perception d'éclairage est plus élevée avec des lampadaires à DEL.

  • Un tel projet n'aurait pu être mené à bien sans la volonté politique du maire et son engagement envers le développement durable.

Mise à jour : 01/06/2015