Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant

Matières résiduelles 2007 – Gagnant ex aequo 1

Ville de Hamilton

Programme des paniers verts

Population : 500 736

En 2001, le conseil municipal de Hamilton a approuvé un plan directeur de gestion des déchets solides (PDGDS) visant à détourner 65 % des déchets des décharges d'ici 2008. Le programme des paniers verts, mis en oeuvre en 2006, fait partie intégrante de ce plan. À la suite des projets de démonstration à petite échelle, entre avril et juin 2006, des paniers verts ont été distribués aux résidents. Depuis, les déchets organiques, séparés à la source, sont ramassés chaque semaine dans près de 150 000 foyers et conduits dans la nouvelle installation centrale de compostage pouvant traiter jusqu'à 60 000 tonnes de déchets par année. Les six premiers mois, l'installation recevait 22 565 tonnes de matières. Les vérifications concernant la collecte porte à porte, juste après les trois premiers mois, indiquaient un taux de réacheminement de 55 % par rapport à seulement 33 % avant la mise en oeuvre du projet. En plus de ces importants avantages environnementaux, la Ville a réalisé des profits en évitant les dépenses liées à la création d'une autre décharge.

Contexte

La population de Hamilton est répartie sur une zone de plus de 112 835 hectares comprenant 64 % de terres agricoles ou rurales. La majorité des résidents vivent dans le centre urbain. Il y a 192 910 foyers. Près de 30 % des gens vivent dans des collectifs d'habitation.

S'appuyant sur le plan de durabilité à longue portée de la ville, Vision 2020, le PDGDS contient une liste de recommandations pour la gestion des déchets municipaux au cours des 25 prochaines années. Ces recommandations reposent essentiellement sur l'objectif consistant à détourner 65 % des déchets des décharges d'ici 2008. Étant donné que les déchets organiques domestiques et les résidus de jardin représentent 43 % de tous les déchets générés par la municipalité, un programme de récupération à l'échelle de la ville était considéré comme essentiel pour atteindre cet objectif. En retirant les déchets organiques de la décharge, la Ville vise à réduire les produits de lixiviation et à freiner les émissions de méthane et des autres gaz à effet de serre (GES). La ville souhaitait également prolonger la vie du site d'enfouissement de Glanbrook, à Hamilton, étant donné que le coût lié à la recherche d'un nouveau site d'enfouissement a été évalué à 100 millions de dollars.

La planification de ce programme a débuté plus de quatre ans avant sa mise en oeuvre. Deux essais de démonstration ont été réalisés afin d'évaluer la logistique de la collecte, utilisant un nombre limité de foyers. Un gestionnaire de projet externe a été embauché pour surveiller la planification et la mise en oeuvre du programme. Quatre employés supplémentaires ont été embauchés pendant 18 mois pour fournir un soutien au service client par téléphone et en personne. Enfin, dix postes permanents pour la collecte des déchets ont été créés à la Ville. Dix étudiants participant au Programme d'enseignement coopératif ont offert des services d'information au public sur une période de huit mois, renseignant les résidents sur le programme.

Résultats

  • L'emplacement de l'installation centrale de compostage dans une zone industrielle sur les lieux d'une ancienne friche industrielle a créé une incidence minimale sur la communauté.
  • Le programme a permis de prolonger de façon importante la vie du site d'enfouissement de Glanbrook de la Ville, permettant d'économiser près de 100 millions de dollars par rapport au coût de la création d'une nouvelle décharge.
  • En ramassant les déchets organiques en même temps que les poubelles, on a pu éviter d'utiliser des véhicules supplémentaires et par conséquent d'émettre des émissions de GES. On a également pu freiner ces émissions dans la décharge en relocalisant les déchets organiques.
  • Les progrès réalisés ont été contrôlés par des pesées journalières et par des vérifications régulières des déchets. Du 1er juin au 30 novembre 2006, 22 565 tonnes de déchets organiques ont été reçues. Les vérifications relatives à la collecte sélective porte à porte ont indiqué un taux mensuel de réacheminement de 55 % en août 2006, soit une nette hausse par rapport aux 33 % avant la mise en oeuvre du programme.
  • D'août à novembre 2006, 3 625 tonnes de compost, répondant à la meilleure norme de qualité du Conseil canadien des ministres de l'environnement (CCME), ont été mises sur le marché.
  • Depuis le début de ce programme sur les déchets organiques, la quantité de matières recyclables ramassées par le programme des « boîtes bleues » de la Ville a augmenté de 7 %, indiquant une sensibilisation croissante à l'environnement dans la communauté et une préoccupation pour la réduction des déchets.

Leçons retenues

  • Personnalisez vos communications. « L'équipe verte » a proposé une communication face à face essentielle auprès des résidents au moment de la distribution des paniers verts dans les foyers. « En étant sur place pour montrer aux personnes que l'entreposage n'était pas plus compliqué que pour les poubelles régulières, il était plus facile d'aborder les préoccupations de chacun quant aux odeurs, aux parasites et à la commodité », indique Beth Goodger, directrice de la gestion des déchets de la ville.
  • Commencer petit. Les employés municipaux ont pu réunir des renseignements importants quant aux taux de participation, au volume de matières et au temps d'arrêt à partir des projets pilotes de 2002 à 2004. En plus d'être utiles pour déterminer les coûts et les exigences des DP, les projets de démonstration ont également préparé le conseil municipal et les résidents au programme à l'échelle réelle.
  • Profiter des compétences du secteur privé. L'approche conception-construction-exploitation suivie par la municipalité pour la construction de l'installation de compostage garantissait une construction de pointe intégrant les améliorations de la conception au fur et à mesure de l'avancement de la construction. Cela signifiait également que l'entreprise construisant la structure a joué un rôle actif pour l'entretenir, contribuant ainsi à la stabilité du programme.
  • S'attendre à des mesures d'urgence. Même si la planification a commencé il y a plus de quatre ans avant la date de la mise en oeuvre, la planification des mesures d'urgence était nécessaire car l'installation centrale de compostage n'était pas terminée et certains des véhicules de collecte n'étaient pas encore disponibles. Il était important pour la Ville de s'adapter à de futures nouvelles situations.

Partenaires et collaborateurs

  • Aim Environmental Group
  • Associated Engineering
  • Christiaens Controls B.V.
  • Consulat général du Royaume des Pays-Bas
  • Dillon Consulting
  • Fonds municipal vert de la FCM
  • Maple Reinders Constructors Ltd.
  • Metric Electric Inc.
  • National Waste Services Inc.
  • Ministère de l'Environnement de l'Ontario
  • Société ontarienne de gestion des déchets
  • Comité directeur du PDGDS
  • Comité civique du groupe de travail sur la réduction des déchets
Mise à jour : 14/08/2013