Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant

2005 Énergie – Gagnant ex æquo 2

Ville de Revelstoke, Colombie-Britannique

Projet d’énergie communautaire de Revelstoke

Population : 7 500

Le système énergétique communautaire (SEC) de Revelstoke incinère des déchets de bois de l'industrie forestière locale afin de produire de l'énergie, tout en éliminant les nombreux polluants atmosphériques les plus communs qui sont associés à la combustion des déchets de bois par d'autres méthodes. Le SEC produit de la vapeur basse pression qui est distribuée par des canalisations souterraines et qui sert à faire fonctionner certains équipements de la scierie locale et assure le chauffage à l'eau chaude des bâtiments situés au centre de la Ville. Son principal client - en l'occurrence la scierie - a signé des ententes d'un terme de 20 ans visant la fourniture de déchets de bois et l'achat de l'énergie ainsi produite. La Ville a estimé que l'installation réduira les émissions de gaz à effet de serre (GES) d'environ 4 000 tonnes par an.

Contexte

Revelstoke est une ville forestière. L'industrie forestière élimine normalement ses déchets de bois en les brûlant - une pratique qui émet des envols et d'autres émissions dans l'atmosphère. Cette pratique alliée aux émissions provenant des poêles à bois utilisés dans les foyers et du secteur des transports, avaient un effet néfaste sur la qualité de l'air local.

En 2000, Ressources naturelles Canada a réalisé une étude de préfaisabilité de divers systèmes énergétiques communautaires susceptibles d'être utilisés dans la Ville de Revelstoke. Les systèmes énergétiques communautaires servent à distribuer de la vapeur ou de l'eau chaude à de multiples bâtiments à partir d'une installation centrale.

L'étude a conclu que l'énergie produite par la combustion de déchets de bois pourrait être transformée en chaleur et en électricité. Un système énergétique communautaire générerait aussi des recettes pour la municipalité et améliorerait la qualité de l'air. En 2001, la Ville a adopté un plan d'action stratégique de développement communautaire, qui prévoit une recommandation portant sur la mise sur pied d'un système énergétique communautaire.

« Depuis un certain temps, nous formions le projet de capter la chaleur provenant du brûleur à la scierie locale », indique Geoff Battersby, coordonnateur de projet. Au printemps 2001, la Ville a émis un appel d'offres aux entreprises susceptibles d'être intéressées à entreprendre un tel projet, mais aucune proposition adéquate ne s'est pas matérialisée. FVB Energy Inc., une entreprise spécialisée dans les systèmes énergétiques communautaires, a réalisé une deuxième étude de faisabilité un an plus tard.

Résultats

  • Le système énergétique communautaire de Revelstoke est la première installation de chauffage centralisée alimentée aux résidus de bois de Colombie-Britannique.
  • L'installation a une période de récupération de neuf ans, et un taux de rendement du capital de 6,7 p. cent ainsi qu'un taux de rendement des capitaux propres de 14,8 p. cent (une source non imposable de recettes pour la municipalité).
  • Le propane était le carburant utilisé pour chauffer la scierie, les installations municipales et le collège. En supprimant le recours au propane dans ces bâtiments, le système énergétique communautaire déplacera 4 000 tonnes d'émissions de GES. Le fait de remplacer le propane, importé d'Alberta, par une source d'énergie renouvelable, comportera également des avantages pour l'économie locale, car la communauté disposera de ressources financières supplémentaires.
  • Les émissions produites par l'installation sont censées respecter, voire même dépasser les normes provinciales en matière de qualité de l'air.
  • Selon une étude de 47 projets du FMV réalisée en mai 2004 par un consultant indépendant pour le compte de la FCM, l'installation de Revelstoke éliminera plus de 180 tonnes de particules.
  • Tous les clients de l'installation bénéficieront de prix d'énergie stables à long terme.
  • Le système de distribution de chaleur souterrain comprend une ligne séparée de deux pouces en polychlorure de vinyle (PVC) pour transporter un câble à fibre optique aux fins de télécommunications dans le futur.

Leçons apprises

  • Engager les meilleurs. Geoff Battersby admet que la Ville « a un peu piétiné au début, mais dès que nous nous sommes liés à FVB Energy, les choses se sont mises à aller mieux. C'est grâce à eux et à notre maître d'oeuvre que nous avons respecté notre budget ».
  • Utiliser une approche intégrée en matière de design. En planifiant la totalité du projet au début et en gardant les intervenants au courant des événements, l'équipe de construction a été en mesure de commander à l'avance l'équipement le plus important, ce qui a contribué à respecter le calendrier et le budget du projet.
  • Être ouvert au changement d'orientation. Revelstoke était réticente à abandonner son projet original, soit la production combinée de chaleur et d'électricité à partir de l'installation. Toutefois, lorsqu'elle a été confrontée à la question du coût et du risque que serait susceptible d'encourir l'entreprise Downie, elle s'est mise à l'évidence qu'elle devait changer d'orientation. En définitive, le système énergétique communautaire est une solution qui ne fait que des gagnants parmi ceux qui sont impliqués : des recettes pour la Ville, des prix d'énergie stables pour Downie et un air plus pur pour la collectivité dans son ensemble.

Partenaires

  • À l'externe
  • Downie Sawmill
  • FVB Energy Inc.
  • Revelstoke Credit Union
  • Revelstoke Community Forest Corporation
  • Fond municipal vert
Mise à jour : 13/11/2013