Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant

2002 Transports – Gagnant ex æquo 1

Ville de Brampton, Ontario

Accroissement de l’utilisation des transports collectifs et amélioration du réseau de transport collectif pour tenir compte de la croissance

Population : 351 646

Les grandes villes doivent souvent faire face aux problèmes qui se sont posés à la Ville de Brampton au milieu des années 1990 : les nouveaux lotissements se multiplient, et les services de transport collectif n'y sont pas offerts assez rapidement pour que les nouveaux résidants puissent choisir de les utiliser. Nombreux sont ceux qui décident d'acheter un second véhicule. La ville de Brampton a opté pour une approche proactive et a desservi les nouveaux lotissements par le transport collectif le plus tôt possible. Le personnel du service de transport collectif de la ville a participé à la conception du réseau d'itinéraires de tous les nouveaux lotissements et a eu voix au chapitre pour des éléments des plans de lotissement, tel l'emplacement des arrêts d'autobus et des voies piétonnières. Les accords de lotissement comportaient l'exigence d'aménager progressivement le territoire de manière à ce que les services de transport collectif puissent être offerts à des coûts abordables et de prévoir que les routes soient suffisament larges pour offrir une aire de demi-tour appropriée pour les autobus. Ces mesures se sont traduites par une augmentation de 40 p. 100 du taux de fréquentation du réseau de transport collectif entre 1996 et 2000, soit le double du taux de croissance démographique au cours de la même période.

Contexte

En 1998, la Ville de Brampton a adopté «The Four Cornerstones of Brampton» (Les quatre piliers de Brampton), un plan stratégique à l'intention de la collectivité, qui inclut l'engagement d'offrir un réseau de transport efficace. Les objectifs précis de la ville en matière de transport collectif sont les suivants :

  • augmenter la fréquentation du réseau de transport collectif de la ville de Brampton;
  • garantir un financement suffisant pour répondre aux besoins en capitaux et de fonctionnement du réseau de transport collectif, afin qu'il puisse demeurer le réseau le plus efficace de la Région du Grand Toronto; et
  • intégrer le réseau de Brampton à GO Transit et à d'autres réseaux de transport collectif urbains.


Toutefois, avant même l'adoption du plan stratégique, plusieurs autres facteurs ont aidé la ville à mettre l'accent sur le transport collectif. En 1995, les transports collectifs ont été retirés des Services communautaires et intégrés aux Travaux publics. Auparavant, les transports collectifs, le service de parcs et loisirs, et le service de prévention des incendies se livraient concurrence pour leur part du budget. L'intégration des transports collectifs aux travaux publics signifie que toutes les questions relatives au transport seront désormais planifiées au sein d'un même service. «Tout à coup, la concurrence n'avait plus sa raison d'être. Le budget des routes est colossal, et le transport collectif y était dorénavant inclus», a expliqué M. Glen Marshall, le directeur des transports collectifs.

Un autre facteur a par ailleurs joué en faveur du transport collectif. En effet, une étude menée en 1995-1996, révélait que même si toutes les routes dont la construction était planifiée étaient effectivement construites, au moins 25 p. 100 des déplacements devraient s'effectuer par transport collectif si la ville voulait éviter des problèmes de congestion considérable.

Résultats

  • Au départ, Brampton visait un taux de rendement du capital investi de 65 p. 100. Grâce à une planification rigoureuse de l'infrastructure du réseau de transport tout au long de la construction des lotissements, le taux de recouvrement des coûts municipaux est passé de 62 p. 100 qu'il était en 1996, à 74 p. 100 en l'an 2000.
  • Le nombre d'usagers a augmenté de plus de 40 p. 100 entre 1996 et 2000, ce qui est le double du taux de croissance démographique de la ville et le double de l'augmentation du nombre d'usagers à l'échelle nationale au cours de la même période.
  • Les coûts de fonctionnement nets sont passés de 0,98 $ par passager qu'ils étaient en 1996, à 0,62 $ par passager en l'an 2000.

Leçons apprises

  • Le projet a été mis en oeuvre au moment opportun, à savoir qu'il coïncidait avec une période de croissance économique et d'expansion immobilière considérable dans la ville de Brampton. Sans son approche proactive en matière d'implantation d'un réseau de transport collectif dans les nouveaux lotissements, la ville aurait dû faire du «rattrapage».
  • L'intégration du réseau de transport collectif doit être planifiée dès les premiers stades de construction des nouveaux lotissements. Par ailleurs, la formulation de normes de fonctionnement, l'établissement d'objectifs
  • clairs et une planification appropriée sont les pierres angulaires d'un service de transport collectif efficace.

Partenaires

À l'externe

  • Service des travaux publics Service d'urbanisme
Mise à jour : 13/11/2013