Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant

2001 Planification – Gagnant ex æquo 3

Ville de Red Deer, Alberta

Assurer la protection des habitats naturels grâce à l’établissement de profils écologiques

Population : 65 000

La Ville de Red Deer et ses citoyens s'efforcent, de concert avec les promoteurs immobiliers, de créer, dans la région, un dosage adéquat d'espaces verts et de zones résidentielles. La Ville veut préserver l'habitat naturel de la faune tout en favorisant la croissance des entreprises humaines grâce à un programme visant à évaluer et protéger les zones écologiquement significatives. Le processus d'évaluation et d'établissement de profils écologiques, qui fait actuellement partie de la planification de l'affectation des terres et de l'aménagement de Red Deer, établit un équilibre entre les futurs aménagements résidentiels, industriels et commerciaux et la nécessité de préserver l'habitat naturel et la biodiversité dans la région.

Contexte

Red Deer collabore depuis longtemps avec les promoteurs immobiliers pour préserver les aires d'habitat naturel de la ville. Au cours des années 1980, elle a gardé intactes, dans la vallée, de larges bandes de terre faisant partie du système d'espaces ouverts du parc Waskasoo, en dépit des nombreux projets d'aménagement de la région. La Ville a toujours eu l'intention de préserver les espaces naturels au profit des générations futures. Toutefois, comme les projets d'aménagement se multipliaient, il est devenu évident qu'en vue de préserver ces espaces, Red Deer devait adopter un processus de préservation plus officiel.

"La protection de l'habitat a toujours été le fruit d'un mode d'intervention quelque peu subjectif", a déclaré le gestionnaire responsable des loisirs, des parcs et de la culture à Red Deer, Don Batchelor. "Chaque nouveau projet d'aménagement était traité selon sa valeur."

Deux groupes environnementaux de Red Deer, les Red Deer River Naturalists et le Citizens Action Group on the Environment, ont fait appel au conseil consultatif environnemental de la Ville pour élaborer une stratégie qui éliminerait cette conception empirique de la planification. Entre temps, un entomologiste travaillant pour la Ville a formé un groupe d'employés désigné sous le nom de Parks Action Group on the Environment (PAGE). Les membres de ce groupe ont localisé et cartographié tous les lieux d'habitat de la ville et du district de 194 kilomètres carrés entourant celle-ci. Le groupe PAGE a obtenu l'autorisation écrite des propriétaires fonciers d'arpenter leur terrain.

Selon M. Batchelor, "les membres de ce groupe étaient autonomes et très motivés. Ils ont fait cette démarche tout simplement parce qu'elle les intéressait."

Résultats

  • Dix profils écologiques ont été amorcés ou achevés. Ces inventaires englobent environ 75 p. 100 des zones naturelles de la ville qui ne sont pas encore désignées comme terrains de parc.
  • Le processus de conception des nouveaux aménagements a été accéléré de plusieurs semaines. Dans le passé, les opinions divergentes des promoteurs, des experts-conseils et des représentants de la Ville retardaient les décisions à prendre en matière de préservation.
  • En adoptant une approche scientifique, la Ville a mis sur pied une méthode de conception crédible qui est respectée par les environnementalistes autant que par les promoteurs immobiliers.
  • La qualité de vie et l'esthétique des nouveaux quartiers de Red Deer se sont améliorées.
  • Un nouvel outil de mise en marché a été créé pour les promoteurs. Ceux-ci font valoir activement leurs projets en en soulignant les retombées positives sur la protection de l'habitat.

Leçons apprises

  • Il faut être proactif, non réactif. L' adoption d'une politique aujourd'hui évitera des années de retard et le mécontentement des parties intéressées.
  • Il faut élaborer un processus d'évaluation des niches fondamentales en partenariat avec tous les intervenants éventuels. Il est préférable de trouver un consensus acceptable pour tout le monde que de mettre en oeuvre des changements unilatéraux.
  • Il faut adopter une approche scientifique lorsqu'on élabore un processus d'évaluation des niches écologiques. Il faut écarter autant que possible toute subjectivité.
Mise à jour : 26/11/2013