Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant

Prix des collectivités durables 2016 de la FCM — Matières résiduelles (programme)

Gagnant : Ville de Saint-Hyacinthe (Qc)

Saint-Hyacinthe, pionnière en biométhanisation

Saint-Hyacinthe a entièrement mis sur pied, dirigé et réalisé son propre projet de biométhanisation, sans faire appel à des consultants externes. Ce projet, une première au Québec et peut-être même en Amérique du Nord, règle le problème de gestion de grandes quantités de matières résiduelles tout en générant d'importants revenus.

Lisez l'étude de cas ci-dessous pour connaître les faits saillants, les défis et les enseignements de ce projet qui pourraient aider votre collectivité à planifier un projet semblable.

Centre de valorisation des matières organiques

À propos du projet

Population municipale Durée du projet Valeur totale du projet
54 627 habitants 2009-2017 48 000 000 $

Afin de valoriser localement ses matières organiques et ses boues d'épuration, Saint-Hyacinthe a lancé un projet de biométhanisation grâce auquel les « bacs bruns » des citoyens de 23 municipalités et les résidus provenant d'entreprises agroalimentaires sont transformés en gaz naturel, dont la Ville se sert pour chauffer ses bâtiments et propulser ses véhicules à faible coût. 

La biométhanisation offre un moyen stable, écologique et économique de générer du gaz naturel, considéré comme le plus vert des carburants fossiles. En outre, la municipalité produit des surplus de gaz naturel qu'elle vend à Gaz Métro. Ainsi, en quelques années seulement, la Ville aura amorti les coûts d'installation de ses usines de valorisation des matières organiques et de biométhanisation. 

Grâce à ce projet, Saint-Hyacinthe a fait la preuve qu'une municipalité peut entreprendre entièrement par elle-même un projet de biométhanisation de grande envergure, se doter des compétences techniques nécessaires et, de surcroît, en faire un projet très rentable.

 

Transcription

« C'est-à-dire qu'on a réglé une problématique, on avait une problématique environnementale de disposer des boues, de disposer de certaines matières organiques et on a décidé d'en faire de l'énergie. »
Claude Corbeil, maire de la Ville de Saint-Hyacinthe

Vue aérienne de l’usine de biométhanisation, à Saint-Hyacinthe, au Québec

Véhicules du parc municipal alimentés au gaz naturel, à Saint-Hyacinthe, au Québec

Points saillants du projet

Résultats

Environnementaux Économiques Sociaux
  • Valorisation à 100 % des matières organiques de la région (25 000 tonnes par année)

  • Réduction de 14 000 tonnes à 7 400 tonnes de la quantité de boues d'épuration enfouies chaque année

  • Réduction de 15 % des émissions de CO2 générées par le transport et l'enfouissement des boues d'épuration

  • Utilisation du biogaz produit pour chauffer et climatiser des édifices municipaux

  • Économies de 1,5 million de dollars par année en transport et en enfouissement des boues d'épuration
  • Économies d'un demi-million de dollars par année en carburant, en chauffage des bâtiments et en climatisation
  • Profits prévus de plusieurs millions de dollars par année grâce à la transformation des matières organiques et à la vente des surplus de gaz naturel à Gaz Métro 
  • Réduction des odeurs près de l'usine d'épuration ainsi qu'aux lieux d'enfouissement (réduction de 15 à 0 par année des plaintes liées aux 
odeurs à la station d'épuration)

  • Réduction du bruit (véhicules au biogaz plus silencieux de 4 décibels) Réinvestissement des profits et des économies au profit des citoyens : diminution de taxes, amélioration des services et projets visant le développement de la région

Défis relevés

  • Saint-Hyacinthe a mis son projet en œuvre avant l'établissement de normes québécoises concernant la biométhanisation. Il lui a donc fallu établir des balises en collaboration avec le gouvernement du Québec. Cette démarche facilitera l'élaboration de normes québécoises destinées à de futurs projets similaires.
  • Les technologies de biométhanisation étant difficiles d'accès au Canada, la Ville a effectué des recherches approfondies en Europe, réalisé du transfert de connaissances et acquis du matériel aux États-Unis et en Europe.  

Leçons retenues

  • Saint-Hyacinthe conseille à d'autres municipalités de bien s'approprier le dossier de la biométhanisation, de visiter de nombreuses installations, de s'appuyer sur la collaboration des acteurs de son milieu et de sa région et de communiquer régulièrement avec toutes les instances concernées et les citoyens. Le contexte actuel est extrêmement propice à la mise en œuvre de projets de biométhanisation.
  • Saint-Hyacinthe a réduit significativement le coût total du projet en le confiant entièrement à des ressources internes. Cette autonomie lui a permis d'assurer un suivi rigoureux de son échéancier, des différentes étapes et des sommes investies, et ainsi de mieux contrôler ses dépenses et ses échéances. L'expérience de Saint-Hyacinthe montre que les municipalités peuvent réaliser des projets d'envergure à un coût abordable.
Partenariats et collaborations Documents de planification du projet Lectures connexes 

Ville de Saint-Hyacinthe

Régie intermunicipale d'Acton et des Maskoutains

Gaz Métro

Bilan environnemental (mars 2009)

Politique environnementale (juin 2010)

Plan d'action 2010-2014

Bilan 2010-2013

Politique québécoise de gestion des matières résiduelles - Plan d'action 2011-2015

Possibilités de financement offertes par le FMV dans le secteur des matières résiduelles 

Ressources sur les matières résiduelles

Études de cas - Ville de Whitehorse (Yukon), gagnant d'un Prix des collectivités durables de la FCM en 2015

Études de cas - Ville de Cap Saint-Georges (Terre-Neuve-et-Labrador), gagnant d'un Prix des collectivités durables de la FCM en 2015

Renseignements supplémentaires

Brigitte Massé
Directrice des communications
Ville de Saint-Hyacinthe
T. 450 778-8300

Jeca Glor-Bell
Conseillère, Services de partage des connaissances, FCM
T. 613-907-6393

Mise à jour : 25/04/2016